Agence Hardy – Tome 2 – La Trace pâle: Livres BD par Pierre Christin, Annie Goetzinger chez Dargaud

On déménage : les commandes passées après le 15 mai seront expédiées en juin Voir détails

Éditeurs de BD
Nos univers BD
Catégories BD
Les sorties BD
Éditeurs de MANGA
Nos Univers MANGA
Catégories MANGA
Les sorties MANGA
Boutiques officielles
Éditeur de COMICS
Nos Univers COMICS
Catégories COMICS
Les sorties COMICS
Meilleures Ventes
Éditeurs POP CULTURE
Nos Univers POP CULTURE
Catégories POP CULTURE
Les sorties POP CULTURE
Les sorties
Les offres
Agence Hardy – Tome 2

Agence Hardy – Tome 2 – La Trace pâle

Dargaud

13,95 

Description

Paris, milieu des années cinquante. On y boit encore du lait bien épais à 100% de matières grasses venu tout chaud de vaches nourries au bon fourrage fauché sur les pelouses du Bois de Vincennes. La première DS fait son apparition dans les rues et, des fenêtres, s'échappent parfois les accents d'une radio au ton nouveau qui pourrait très vite casser la baraque, Europe n°1. En pleine guerre froide, " Impérialistes " et " Rouges " s'affrontent. Leur lutte dans l'ombre est féroce. Car la science fait des bonds de géant après le terrible conflit 39-45. Ainsi les antiseptiques cèdent-ils la place à une nouvelle race de produits, les antibiotiques, promis, semble-t-il, à un brillant avenir ! Edith Hardy, veuve d'un agent de change gaulliste, se retrouve plongée jusqu'au cou - qu'elle a très joli, comme tout le reste d'ailleurs - dans ce panier de crabes. Car Edith, pour survivre, a ouvert l'Agence Hardy, " Personnes disparues, enquêtes, généalogie, etc. ". Son premier job (un de ces nouveaux mots qui, comme OK et autres be-bop font fureur) consiste à retrouver les travaux d'un chimiste travaillant sur un bien mystérieux parfum. Au cours de son enquête, Edith rencontre une femme surprenante, la Baronne rouge, connue pour lire l'Huma en dégustant une flûte de champagne. Elle affrontera également Mornic, résistant comme son mari, mais du côté des " camarades ", pas des " Compagnons "... Aujourd'hui, Edith accepte de travailler pour les Américains. Il faut retrouver le chimiste Antoine Dubreuil dont les véritables travaux concernent un antibiotique révolutionnaire, la rubidomycine. Antoine qui est aux mains de la baronne et d'agents chargés de le convoyer en URSS. Tout ce petit monde se retrouve dans la propriété familiale de la baronne au fin fond des Ardennes. Edith y rencontre quelques-uns des plus célèbres chantres du paradis soviétique. Heureusement, un agent américain - pas mal du tout de sa personne, d'ailleurs - veille sur elle. Tout finira par une fusillade générale dans les rues de Paris. Car les services secrets français se sont aussi invités à la danse... Avec l'Agence Hardy Annie Goetzinger et Pierre Christin nous offrent une plongée nostalgique, émouvante et cocasse dans le XIIe arrondissement de leur jeunesse. Ils reviennent d'un voyage de repérages à Moscou où se déroulera le troisième épisode.

Paris, milieu des années cinquante. On y boit encore du lait bien épais à 100% de matières grasses venu tout chaud de vaches nourries au bon fourrage fauché sur les pelouses du Bois de Vincennes. La première DS fait son apparition dans les rues et, des fenêtres, s'échappent parfois les accents d'une radio au ton nouveau qui pourrait très vite casser la baraque, Europe n°1. En pleine guerre froide, " Impérialistes " et " Rouges " s'affrontent. Leur lutte dans l'ombre est féroce. Car la science fait des bonds de géant après le terrible conflit 39-45. Ainsi les antiseptiques cèdent-ils la place à une nouvelle race de produits, les antibiotiques, promis, semble-t-il, à un brillant avenir ! Edith Hardy, veuve d'un agent de change gaulliste, se retrouve plongée jusqu'au cou - qu'elle a très joli, comme tout le reste d'ailleurs - dans ce panier de crabes. Car Edith, pour survivre, a ouvert l'Agence Hardy, " Personnes disparues, enquêtes, généalogie, etc. ". Son premier job (un de ces nouveaux mots qui, comme OK et autres be-bop font fureur) consiste à retrouver les travaux d'un chimiste travaillant sur un bien mystérieux parfum. Au cours de son enquête, Edith rencontre une femme surprenante, la Baronne rouge, connue pour lire l'Huma en dégustant une flûte de champagne. Elle affrontera également Mornic, résistant comme son mari, mais du côté des " camarades ", pas des " Compagnons "... Aujourd'hui, Edith accepte de travailler pour les Américains. Il faut retrouver le chimiste Antoine Dubreuil dont les véritables travaux concernent un antibiotique révolutionnaire, la rubidomycine. Antoine qui est aux mains de la baronne et d'agents chargés de le convoyer en URSS. Tout ce petit monde se retrouve dans la propriété familiale de la baronne au fin fond des Ardennes. Edith y rencontre quelques-uns des plus célèbres chantres du paradis soviétique. Heureusement, un agent américain - pas mal du tout de sa personne, d'ailleurs - veille sur elle. Tout finira par une fusillade générale dans les rues de Paris. Car les services secrets français se sont aussi invités à la danse... Avec l'Agence Hardy Annie Goetzinger et Pierre Christin nous offrent une plongée nostalgique, émouvante et cocasse dans le XIIe arrondissement de leur jeunesse. Ils reviennent d'un voyage de repérages à Moscou où se déroulera le troisième épisode.

Détails techniques

  • Scénario : Pierre Christin
  • Dessin : Annie Goetzinger
  • Couleurs : Annie Goetzinger
  • Colorisation : Couleur
  • Largeur (mm) : 225
  • Hauteur (mm) : 298
  • Nombre de pages : 52
  • Sens de lecture : européen
  • EAN : 9782205052084
  • Date de sortie : 02/11/2002

Entrepôt : Belgique

Nos recommandations